Bienvenue

Nouvelles:

 

Ce sont des enfants - pas des terroristes !

 

On estime que 4640 enfants sont partis en Irak ou en Syrie, seuls ou avec leurs familles, pour rejoindre l’État islamique (EI) autoproclamé. Depuis la chute du groupe terroriste, un grand nombre d'entre eux vivent dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Ces enfants ont non seulement été victimes de recrutement ou de traite, mais ont également été témoins d'une violence et d'un endoctrinement extrêmes. Nous appelons les autorités gouvernementales à prendre urgemment leurs responsabilités afin de garantir leurs droits.

 

Avant et après la proclamation du soi-disant califat de l’État islamique en 2014, de très nombreuses personnes de plus de 80 pays se sont rendues en Irak et en Syrie pour rejoindre le groupe terroriste. Emmenés malgré eux ou recrutés, des enfants ont été utilisés pour porter des armes, garder des endroits stratégiques, arrêter des civils ; mais ont également fait l'objet de violences sexuelles, de mariages forcés, ou ont été exploités dans des attentats suicides.

 

Malgrè la défaite de l'EI, leur cauchemar n'est pas terminé : dans le camp d'al-Hol au nord de la Syrie, qui accueille la plupart des personnes déplacées des territoires occupés par l’EI et des proches des combattants de l'EI, 371 enfants sont morts en 2019 dues aux conditions de vie déplorables.

 

Le droit au retour

Quel que soit leur rôle, qu'ils aient été recrutés ou que leurs parents aient été impliqués dans l'EI, ces enfants ont des droits énoncés dans la Convention relative aux droits de l'enfant. Les États, comme la Suisse, qui ont ratifié le Protocole facultatif de la Convention sur l'implication des enfants dans les conflits armés, ont l'obligation de démobiliser les enfants recrutés par ces groupes et d'assurer leur réintégration dans la société.

 

Nous appelons toutes les autorités à assumer leur responsabilité internationale à l'égard de leurs citoyens en les rapatriant, en particulier les enfants. Les États doivent faciliter leur réhabilitation. Ils doivent veiller à ce que les enfants ne soient pas séparés de leurs parents à moins que ce ne soit dans leur intérêt, et qu’ils ne soient jamais traités comme des criminels uniquement à cause de leur association ou de leur affiliation à un groupe terroriste.

 

Pour en savoir davantage sur la situation des enfants enrôlés dans des groupes armés, leurs droits et ce que Tdh et ses partenaires recommandent, lisez notre prise de position Bringing Children Home: A children’s rights approach to returning from ISIL

CONGRÈS MONDIAL SUR LA JUSTICE POUR ENFANTS 2018 

DÉCLARATION DE PARIS Adoptée à Paris le 30 mai 2018

Cliquez ici pour lire la déclaration de Paris.

 

LIGNES DIRECTRICES:

Les Lignes directrices sur les enfants en contact avec la Justice de l’Association ont été ratifiées par les membres.

On peut accéder au texte des lignes directrices à partir de l’onglet Documentation.

 

NOUVELLE:

Les bonnes nouvelles de l'Italie: proposition de loi, telle que décrite dans la Chronique de juillet 2017, est retirée par le gouvernement italien. De plus amples informations sont disponibles ici.

**

Justice Renate Winter, Président de l'AIMJF / IAYFJM (2006-2010), a été élu Président du Comité du CRC le 15 mai 2018. 

 

********

 

Celui-ci est le nouveau site de l'Association Internationale des Magistrats de la
Jeunesse et de la Famille (AIMJF), une ONG (Organisation Non Gouvernementale)
fondée et enregistrée à Bruxelles (Belgique) en 1928, avec statut consultatif
auprès du Conseil de l'Europe.


En tant que visiteur du site, nous espérons que vous trouverez toutes les
informations (par ex. événements et études) et la documentation (par ex. lois
et jurisprudence) concernant les droits des jeunes et de la famille et leur
protection.